FR-Grand Budapest Hotel : l’eloge de la conciergerie

Affiche-The-Grand-Budapest-Hotel-225x300

11 Apr FR-Grand Budapest Hotel : l’eloge de la conciergerie

 

Wes Anderson est un esthète du cinéma. L’auteur de Moonrise Kingdom nous livre ici une prestation de haut vol.
L’hotel est tenu par Monsieur Gustave (Ralph Fiennes), un concierge élégant et raffiné soucieux de satisfaire les désirs de ses hôtes… Avec une préférence pour les femmes vieilles, riches et blondes. Il enseigne l’art délicat du service à la personne à Zéro Moustafa, un « lobby boy » qui parfait sa formation grâce à ses conseils. Tout allait pour le mieux quand sa cliente et amie, Madame D, meurt subitement, laissant notre homme hériter du fameux tableau L’enfant à la pomme. Mais les héritiers naturels de Madame D, dont un excellent Adrian Brody, ne voient pas la chose ainsi : le tueur à gages de la famille D, joué par Willem Dafoe se met à pourchasser le majordome et son fidèle Zéro Moustafa dans toute l’Europe, au cœur d’un XXème siècle tourmenté par les deux guerres.
Zéro et Gustave seront protégés par l’organisation secrète des clés croisés. Chaque concierge de palaces européens fera marcher son réseau, pour fournir une logistique idéale pour permettre aux deux fuyards d’échapper à la mort.

Directement inspiré par l’oeuvre de Stefan Zweig ( références direct au monde d’hier : mémoire d’un européen, le joueur d’échecs), ce film est d’une beauté rare, intelligent et ludique. Pêle-même du récit d’aventure façon Tintin, du cartoon à la manière de Bip-Bip et Coyote, de la leçon d’histoire revisitée, et avec une réflexion philosophique plus profonde(sort des immigrés, déchéance d’une certaine époque)tout ça avec un sens de l’humour proche du burlesque au temps du muet. Le tout avec une foule de personnages incarnés par autant de vedettes : (Jude Law, Owen Wilson, Jason Schwartzman, Bill Murray, Edward Norton, Léa Seydoux, etc..)
Wes Anderson poursuit ainsi son œuvre toujours aussi personnelle, avec un travail qui ne provoque jamais totalement le rire ou l’émotion mais qui engendre à chaque fois un vrai plaisir de spectateur. The Grand Budapest Hotel ne fera pas l’unanimité dans les chaumières tant son ton décalé peut parfois surprendre. Il s’agit ici d’un vrai diverstissement, qui laisse parfois étranger certains esprits. Son relatif succès au box office français en est l’exemple même.

Hotelcloud has a new name: Blackbell

Discover the new generation of concierge apps and websites.
OPEN NEW WEBSITE